8 façons de garder un projet de nouveau site web sur la bonne voie

Un nouveau site web est un outil marketing puissant. En gardant à l’esprit les meilleures pratiques actualisées en termes d’optimisation du taux de conversion (CRO), d’expérience utilisateur (UX) et d’optimisation des moteurs de recherche (SEO), vous pouvez lancer un beau site Web qui satisfait votre public et s’adresse à vos professionnels, qu’il s’agisse d’information, de prospects ou de ventes.

Pour parvenir au résultat souhaité dans les délais et le budget impartis, tout en remplissant toutes les exigences de la portée initiale, il existe quelques principes utiles que vous devez garder à l’esprit. Commençons :

 

Définir clairement la portée du projet au préalable

WordPress ou SquareSpace ? Plugins ou fonctionnalité personnalisée ? Template ou thème personnalisé ? Constructeur ou statique ? Contenu protégé ou non ? Images de stock ou fournies par le client ? Ce ne sont que quelques-unes des innombrables questions possibles que vous devez soupeser lors de la planification d’un nouveau site Web (connaissez-vous l’utilité d’un mockup ?).

Il existe tellement d’approches différentes, beaucoup trop pour les explorer ici. Ma recommandation est de commencer avec la fin en tête, puis de choisir une configuration qui s’aligne sur vos besoins.

Par exemple, si vous avez besoin d’utilisateurs non techniques pour faire des mises à jour de contenu, vous ne voulez probablement pas que les modifications de texte soient limitées aux poussées GitHub. Si les ventes de produits sont les plus importantes, il est logique de construire sur une plateforme comme Shopify.

 

Clarifiez les inconnues

Ceci s’appuie sur les principes précédents, mais vous ne voulez rien laisser au hasard. Qui rédige le contenu ? Qui s’occupe de l’imagerie ? Où le site fini sera-t-il hébergé ? Faites une faveur à votre futur moi et ne vous contentez jamais de « nous le découvrirons quand nous y serons » pour n’importe quelle partie du plan de projet (comme la rédaction du cahier des charges).

S’il y a vraiment des inconnues auxquelles on ne peut pas répondre dans la phase de cadrage, je recommande d’opter pour une méthodologie de gestion de projet agile plutôt que waterfall afin de pouvoir adapter le plan de projet à l’évolution des besoins.

 

Apprendre des projets passés

Des échecs vont se produire, et vous ne pouvez pas vous préparer à tout. Cependant, il y a des apprentissages que vous pouvez tirer de chaque projet pour élargir vos compétences en matière d’anticipation.

Si le dernier projet a rencontré un problème de propagation SSL, assurez-vous de l’intégrer dans votre plan de découverte et de projet lors de votre prochain projet. Si votre dernier projet a rencontré des problèmes avec les paramètres de formulaire, alors intégrez la correction dans votre processus de Q/A pour ce site.

Quand vous terminez un projet, vous devriez faire un débriefing avec les parties prenantes et déballer ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Évaluez tout, de la communication à la gestion de projet en passant par les spécifications techniques, et documentez vos apprentissages pour que vous (et vos futurs collègues) en profitiez à l’avenir.

 

Solliciter des commentaires tôt et souvent

Il est beaucoup plus facile de passer par un concept dans la pile de rejet au stade de la planification ou du prototypage, que lorsque vous remettez un site de développement terminé à un client.

Solliciter des commentaires dès le premier jour – quel type de conception aiment-ils ? Quelles sont les fonctionnalités qu’ils détestent ? Quelles marques les inspirent, et quels sites web ou applications les repoussent ? Toutes ces informations vous aideront à vous mettre sur la même longueur d’onde que le client.

Lorsque vous envoyez des conceptions pour obtenir des commentaires, il est bien préférable de commencer petit et d’itérer selon les besoins.
De nombreux concepteurs optent pour commencer par une  » tuile de style « , où vous partagez des schémas de couleurs, des polices et des conceptions de composants, comme l’aspect d’un bouton d’appel à l’action (CTA) ou d’un formulaire.

Cette approche par étapes permet également de rester concentré sur les bons éléments au bon moment – se concentrer sur la mise en page au stade du wireframe et ne pas se laisser distraire par la couleur du bouton d’appel à l’action (CTA).

 

Discuter des risques à l’avance

Lorsque vous démarrez un nouveau projet, c’est frais et excitant. Qui veut être un rabat-joie et commencer à parler de toutes les façons dont le projet peut déraper ? Surtout si vous n’avez pas de relation existante avec le client, vous voulez faire une forte première impression.

C’est une leçon difficile à apprendre, mais la plus forte impression que vous pouvez faire est celle d’être sincère et transparent. Un expert n’y parvient pas en étant parfait, avec un palmarès sans faille. Bien au contraire, vos clients se fient souvent à vous parce qu’ils savent que vous avez tout vu – le bon, le mauvais et le laid.

Laissez vos cartes à nu sur la table. Qu’est-ce qui pourrait menacer le projet de notre côté ? Les problèmes de capacité, les défis de gestion du temps, les barrages techniques comme les bugs d’intégration de logiciels tiers.

 

Avoir des check-ins réguliers

Des mises à jour régulières de l’état d’avancement aident à garder les deux parties responsables de leurs responsabilités sur le projet. La fréquence des mises à jour de l’état d’avancement dépendra bien sûr de l’ampleur du projet et de la proximité de l’échéance. Les projets à long terme pourraient être bien adaptés à des mises à jour bihebdomadaires, tandis qu’un site Web qui se précipite pour être lancé lundi prochain pourrait avoir des standups biquotidiens.

Choisissez la méthode de mise à jour qui convient le mieux à votre client et aux besoins du projet. Pour certains clients, un simple résumé par e-mail du travail effectué, de ce qui est en attente et des commentaires nécessaires est parfait. Pour d’autres, une réunion ou un appel vidéo pour visualiser l’avancement du projet et le diagramme de Gantt est plus approprié. Vous pouvez avoir un logiciel de gestion de projet auquel vous vous sentez à l’aise de donner accès au client, pour voir les mises à jour en temps réel.

 

Prioriser les demandes de changement

Dans la gestion de projet, nous parlons du « triangle de fer », équilibrant la portée, le budget et le calendrier.

Les révisions sont inévitables, et en effet une partie essentielle du processus de conception et de développement web. Cependant, pour que le projet respecte le budget, elles doivent s’inscrire dans la portée initiale du projet. Et pour que le projet respecte les délais, même les changements pour lesquels le client est prêt à payer peuvent ne pas être possibles à livrer dans le cadre du projet actuel.

Les révisions sont inévitables.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn