Search
Close this search box.

Le greenwashing: une méthode de marketing frauduleuse

 

A l’heure où en encourage les organisations à entreprendre une démarche responsable, de nombreux professionnels pratiquent le greenwashing. Cette technique frauduleuse est utilisée dans le domaine de la communication et du marketing. Elle a pour but de donner une image écoresponsable à une entreprise sans qu’elle fournisse le moindre effort.  

 

Qu’est-ce que le greenwashing ?

 

Aussi appelé éco-blanchiment, le greenwashing est une méthode de marketing qui consiste à communiquer auprès de son public cible avec l’argument écologique. Elle permet de se forger une image écoresponsable grâce à une présentation déformée des faits réels. En effet, le greenwashing induit en erreur les prospects et les clients, aussi bien dans le fond que dans la forme de la stratégie adoptée. Pour en savoir plus à ce sujet, renseignez-vous sur la définition du greenwashing. Plusieurs techniques sont utilisées pour mettre en œuvre l’éco-blanchiment : 

  • le packaging trompeur ;
  • le manque de transparence ;
  • le détournement d’attention ;
  • le mensonge ;
  • le faux label.

Le greenwashing semble être une méthode à privilégier. Or, il s’agit d’une pratique commerciale trompeuse pouvant vous exposer à une peine d’amende et d’emprisonnement. C’est la raison pour laquelle la start-up Greenly lutte contre le greenwashing

 

Le greenwashing en pratique

 

De nombreuses entreprises ont mis en œuvre le greenwashing. En voici quelques exemples : 

 

Le détournement d’attention : le cas de H&M

H&M est une marque de fast-fashion. Son principal objectif est de créer des vêtements en continu sans se soucier de l’aspect écologique. Or, elle a lancé une collection dénommée « Conscious » qui se veut plus respectueuse de l’environnement. En effet, elle semble n’utiliser que des matières naturelles telles que le coton bio pour fabriquer les vêtements de cette collection. Cependant, les opérations de marketing lancées ont uniquement pour but de cacher ses mauvaises pratiques. C’est pourquoi elle détourne l’attention du public. 

 

Le faux label : le cas d’Intermarché

Le faux label utilisé par Intermarché est l’un des exemples de greenwashing les plus connus. En 2011, l’enseigne a lancé une campagne pour montrer son engagement écologique dans le domaine de la pêche. Pour cela, elle a choisi d’afficher le « label pêche responsable » sur la plupart de ses produits. Or, le seul label reconnu en France pour la pêche responsable est celui du MSC ou Marine Stewardship Council.

Facebook
Twitter
LinkedIn